post

Comment gérer le stress quand on est étudiant ?

Devoirs, partiels, TP à rendre, toute l’année académique l’étudiant est sous pression. On lui demande de fournir toujours plus de performances et quand il n’a pas un exutoire pour décompresser, il peut rapidement être submergé par le stress.

Les causes et les conséquences du stress

Le stress fait partie de nous, de notre ADN. Nous le ressentons chacun à notre manière. Quand il est trop grand, on peut se mettre hors-jeu en étant incapable de gérer les situations. Le corps a alors tendance à brûler toutes ses cartouches, ce qui entraîne le burn out, phase avancée du stress.

Trop de travail, la pression des professeurs,  des parents, la peur de l’échec sont autant les causes de la pression, mais également le mauvais temps, le manque de sommeil… Les conséquences du stress peuvent être accrues par la consommation de café, de tabac, d’alcool, de stupéfiants, de plats mal équilibrés. Mais également par le manque de sport, et de loisirs indispensables pour décompresser…

Comment gérer le stress quand on est étudiant

Comment lutter contre le stress ?

Le stress est votre ennemi, il vous faut l’éliminer pour pouvoir avancer. Pour ce faire, il y a plusieurs solutions à votre disposition. Vous pouvez par exemple commencer par essayer de réduire voire de supprimer la cause du stress. Pour éviter l’angoisse des examens, vous devez faire en sorte de réviser, de vous organiser, mieux dormir et mieux manger. Vous pouvez aussi travailler sur sa respiration, permettant d’agir physiologiquement sur l’organisme par l’activation du système parasympathique, afin d’inhiber le déclenchement du stress. La sophrologie aide par exemple à réduire les symptômes du stress puis à réguler la grande quantité d’émotions auxquelles vous êtes confronté.

Autres astuces pour lutter contre le stress

  • La marche: Une promenade vous permettra de faire le vide dans votre esprit puis boostera vos endorphines (qui, serviront à baisser le niveau des hormones de stress), il faut essayer de marcher dans votre jardin ou dans les espaces verts, cela contribue à placer votre esprit en état de méditation, vous pourrez évacuer les mauvais pensées tout votre négativité tout en réfléchissant dans le même temps.
  • Apprendre à relativiser : Lorsque vous rencontrez une difficulté, peu importe le domaine concerné, on a tendance à se laisser aller à l’émotivité, ce qui ne permet pas de trouver solution pour résoudre le problème, bien au contraire. Vous devez apprendre à faire la part des choses, vous mettre en tête que vous n’êtes pas le seul à vivre ce genre de situation.
post

Faire un DCG dans une école de comptabilité, les débouchés ?

Le DCG est un diplôme en comptabilité et en gestion reconnu par l’État et délivré par des établissements spécialisés. Vous pouvez accéder à une formation professionnalisante en alternance en effectuant un DCG dans une école de comptabilité habilitée. L’intérêt de suivre ce cursus réside dans le fait qu’il est une passerelle pour accéder au DSCG, puis au DEC. Autrement dit, il est le premier maillon de la longue chaîne (8 ans) conduisant jusqu’au statut d’expert-comptable. Mais il est tout à fait possible d’entrer dans la vie active directement après un DCG. Dans cet article, nous allons vous parler des débouchés possibles.

Image of business partners discussing documents and ideas at meeting

En quoi consiste ce diplôme ?

Vous serez inscrits dans une école de comptabilité de votre choix. On en trouve dans la plupart des villes de France considérées comme des pôles d’attractivité pour les études secondaires (Rennes, par exemple). Mais on les trouve surtout dans les grandes villes. Vous pourrez ainsi suivre le cursus d’un DCG à Paris. La formation, d’une durée de deux à trois ans, équivaut à un Bac +3 et se pose comme la première étape dans la formation d’expert-comptable.

En raison de cela, le programme des cours est chargé et compte un total de plus ou moins 30 heures par semaines, sans compter les options. À noter que le BTS CG et le DUT GEA, deux formations indépendantes – et plus courtes – axées sur la comptabilité, comptent un volume horaire similaire. Leur obtention vous permettra par ailleurs de passer directement en deuxième année de DCG dans une école de comptabilité si, par exemple, vous décidez d’approfondir votre spécialisation dans ce domaine.

La première année est une année d’introduction. Vous suivrez des cours d’introduction au droit, qui vous permettront d’avoir des repères, des bases solides sur lesquelles vous appuyer au cours des années suivantes. Vous suivrez également une formation évolutive en comptabilité et un cours qui vous donnera à voir, dans les grandes lignes, les principaux piliers théoriques sur lesquels repose l’Économie, avec un grand E. Enfin, vous apprendrez l’anglais, une langue indispensable dans à peu près tous les secteurs touchant de près ou de loin à l’économie, au commerce, à la finance…

En deuxième année, vous apprendrez le droit fiscal et le droit des sociétés, et vos cours de comptabilité ainsi que d’économie seront jalonnés de nombreux travaux et dissertations, ces dernières ayant réputation de bête noire pour l’écrasante majorité des élèves (il faut bien un peu de challenge de temps en temps !). Enfin, en qualité d’école de comptabilité en alternance, l’établissement qui vous accueille dispensera les cours deux jours par semaine, le lundi et le mardi à titre d’exemple. Le reste de la semaine, vous le passerez dans une entreprise ou dans un cabinet d’expertise comptable, et ce, de la première à la dernière année du DCG !

Arrivés au terme de la formation, deux possibilités s’offrent à vous : vous continuez (le DSCG) ou vous commencez à travailler directement. Apprenez-en plus en cliquant ici.

DCG Alternance 3

La vie professionnelle après le DCG

Mettons que vous ayez fait votre DCG à Nice, en alternance dans une école de comptabilité, et que votre formation soit terminée. Il est temps pour vous de devenir un actif ! Si votre alternance s’effectuait dans un cabinet d’expertise comptable et que vos relations avec patrons et collègues sont bonnes, vous avez peut-être la possibilité d’intégrer l’équipe pour de bon. Dans ce cas, vous deviendrez collaborateur comptable junior. Vous aurez la possibilité de monter en grade au gré de vos expériences : chef de mission, chef de conseil ou encore de révision… vous serez également à même de former des collaborateurs juniors ou des stagiaires.

Si l’école de comptabilité vous avait mis en relation avec une entreprise, l’ouverture est la même. Votre statut de diplômé de DCG jouit d’une bonne réputation et facilitera grandement votre évolution au sein de l’entreprise. À terme, vous aurez par exemple la possibilité d’envisager un poste tel que chef comptable, contrôleur de gestion ou encore directeur administratif et financier !

Comment réviser efficacement à la dernière minute ?

Oups ! Vous devez composer demain et vous ne maîtrisez pas encore le contenu de vos cours ! Ne vous inquiétez pas. Il y a peut-être moyen de sauver les meubles. En révisant au dernier moment, vous n’aurez certainement pas un  17/20, mais il est peut-être encore possible d’avoir la moyenne au lieu de se retrouver avec une note de 01/20. Ces quelques conseils vous permettront d’optimiser les dernières heures de révisions.

Les erreurs à éviter

Si vous devez réviser à la dernière minute, il convient d’éviter à tout prix de s’imposer une trop grande quantité de travail. Vous devez garder à l’esprit qu’il faut procéder différemment étant donné que vous n’avez pas révisé régulièrement. Entamer des révisions au dernier moment, c’est le meilleur moyen de rater un examen.

Toutefois vous avez encore une chance de vous en sortir. En révisant intelligemment, même à la dernière minute, il est possible de rattraper le coup. Il faut commencer par collecter et trier tous vos cours, identifier tous les points importants. À partir de là, vous pourrez vous organiser.

réviser efficacement au dernier moment

La motivation lors des révisions

Pour garder le moral lors de ce moment critique, pensez à faire une liste exhaustive des différentes étapes de la révision. Chaque fois qu’une étape sera franchie, vous pourrez la supprimer de la liste. Ainsi vous serez motivé au fur et à mesure que vous avancerez en voyant les étapes que vous aurez franchies, ce qui vous encouragera à redoubler d’efforts.

Vous pourrez vous offrir des récompenses. Ainsi, offrez-vous un repos de 15 minutes dès que vous atteignez un objectif de la liste. Si vous avez faim, vous pourrez vous offrir le droit de manger un casse-croûte, un petit goûter, de préférence quelque chose de léger, une petite friandise.

Exploitez vos notes

Si vous n’avez plus beaucoup de temps pour réviser, il est important que vos notes soient précises et exhaustives. Pour cela, il faut que vous les ayez prises avec soins au cours.

Il faut que vous ayez une idée précise de ce que allez étudier ou non. Les enseignants parlent souvent lors de leur cours, des thèmes qui tomberont à l’examen ou ils insistent sur certaines parties du cours. Vous devez vous rappeler de ces moments pour privilégier ce qu’il faut réviser. Il faudra donc focaliser les révisions sur ces différents points, faire en sorte de les maîtriser autant que possible avant de composer.

post

État des lieux de l’alternance dans l’enseignement supérieur

Choisir d’étudier en alternance promet de nombreux avantages, mais comme le rythme est assez soutenu, il faut pouvoir suivre et garder une bonne motivation. Ce type de formation séduit de plus en plus d’entreprises recruteurs, mais aussi des jeunes diplômés, il paraît d’ailleurs intéressant de faire un état des lieux de l’alternance, surtout dans l’enseignement supérieur.

Diplômes, spécialités et contrats : les points à retenir

Sur l’exercice 2012-2013, les contrats d’alternance ont séduit près de 135 371 candidats. Parmi les filières les plus retenues, l’on citera le commerce, la compta et la gestion. Pour 50% des candidats, un bac +2 en poche a permis de se lancer et les statistiques sont montées en flèche ces deux dernières années. Les étudiants issus d’écoles d’ingénieurs ont été 15856 à se tourner vers l’alternance tandis que les étudiants de licence pro et de master pro sont plus de 30000 à avoir opté pour une alternance dans les filières suivantes : informatique, social, culture et animation.

Le choix des alternants se fait par tri de dossier scolaire et parfois, des concours d’entrée sont organisés afin de ne retenir que les meilleurs. Il revient ensuite à l’établissement de formation d’aider l’alternant à trouver son entreprise d’accueil, mais il n’est pas rare que l’étudiant doive chercher de par lui-même son poste comme pour une recherche d’emploi classique. Le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation ont chacun leur particularité, mais permettent tous les deux d’accéder au marché du travail.

Alternance : quels avantages?

La formation en alternance de type BTS permet aux étudiants de bénéficier de la gratuité de ses cours tout en percevant une rémunération. Ils intègrent en effet le monde du travail tout en continuant à suivre des cours théoriques, ce qui leur permet à la fois de compléter leurs connaissances tout en boostant leurs compétences dans le secteur d’activité choisi. Du côté des entreprises recruteurs, les PME et les grands groupes préfèrent embaucher de jeunes diplômés qui ont déjà une bonne expérience professionnelle au lieu des débutants. D’ailleurs, le marché du travail est de plus en plus exigeant, c’est pourquoi les entreprises choisissent de former très tôt leurs futurs employés.

Les alternants bénéficient d’un salaire pendant la durée du contrat d’alternance et peuvent compter avec la prise en charge de leur frais d’inscriptions. Il faudra toutefois compter avec un rythme effréné, un emploi du temps chargé et peu de vacances et l’alternant doit pouvoir gérer son temps et jongler entre son travail et ses études sans perdre de vue ses objectifs.

post

Le métier de documentaliste

Rechercher, traiter et transmettre l’information : les tâches du documentaliste sont nombreuses. Internet ainsi que les bases de données virtuelles ayant complexifié le traitement de l’information de même que les techniques de recherche, le métier de documentaliste est plus que jamais important.

 

young adult student selecting book in library

En quoi consiste le métier de documentaliste ?

Le documentaliste collecte, organise et classe des données sous toutes leurs formes : documents sur papier, fichiers audio, vidéos. Il doit satisfaire aux demandes des utilisateurs, leur fournissant les documents qu’ils désirent consulter.

Comment travaille-t-il ?

En premier lieu le documentaliste doit pouvoir faire des recherches pour trouver  les données sur les sujets dont il s’occupe. Il consulte la presse, lit des documents, réalise des dossiers thématiques, interroge des bases de données ainsi que internet, fait le point des études et enquêtes… Ensuite, il analyse ces informations puis les indexe au sein d’une base de données. Le documentaliste peut aussi rédiger un résumé ou une note bibliographique. En dehors de cela, il s’occupe de communiquer des documents. Quotidiennement, le documentaliste reçoit des personnes au centre de ressources, il doit leur fournir les livres ou dossiers qu’ils veulent consulter. Le documentaliste les conseille puis les aide à trouver ce qu’ils recherchent.

Dans les établissements scolaires, le documentaliste administre et fait évoluer les ressources documentaires. Son rôle est d’aider les élèves en les formant à son métier et en prenant part à des projets pédagogiques.

Compétences nécessaires

  • Méthodique et curieux

Impossible d’exercer le métier de documentaliste sans être naturellement curieux et passionné par l’information. Des compétences d’analyse ainsi que de synthèse, la capacité d’organisation de même des aptitudes rédactionnelles afin de traiter et présenter l’information, voici entre-autres les qualités requises.

  • Bilingue et technicien

Être bilingue est souvent indispensable de même que la maîtrise  de l’outil informatique, surtout dans la gestion documentaire nécessitant des logiciels spécialisés. Un savoir-faire qu’il faut tenir à jour régulièrement en consultant fréquemment la presse spécialisée et en participant à des colloques, rencontres professionnelles, etc.

Quelle rémunération ?

Un documentaliste gagne généralement entre 1 500 Euros et 3000 Euros brut par mois. Les diplômés de grandes écoles et les titulaires d’un master peuvent gagner plus. Dans l’administration publique, les promotions et avancements se font suivant une grille indiciaire et les concours internes. Dans les entreprises, c’est l’aptitude à assurer plusieurs fonctions différentes qui vous permettra d’évoluer et de faire carrière.

post

4 bonnes raisons de faire passer la formation SST à ses salariés

Car un salarié formé SST peut sauver des vies

La formation sauveteurs secouriste du travail donne la compétence à un salarié d’intervenir rapidement en cas d’accident du travail. On sait combien les premières minutes de prise en charge d’un accident son essentielles. La survie d’une personne peut se jouer sur ces premières minutes de prise en charge et un salarié formé peut, en attendant les secours, faire les premiers gestes essentiels. C’est bien là la vocation première du salarié SST : porter secours en urgence lors d’un accident du travail et avoir les bons gestes en attendant les professionnels de santé.

Car c’est valoriser une démarche d’entreprise et citoyenne

Un salarié formé à la formation de sauveteurs secouriste reçoit une formation qui lui servira sur son lieu de travail, mais il apprendra aussi des gestes qui lui serviront dans la vie de tous les jours. Il pourra donc mettre en pratique au quotidien, face à un accident de tous les jours, les bons gestes pour secourir et sauver la victime. C’est donc bien former son salarié à une démarche citoyenne en plus d’une démarche d’intégration renforcée à la vie de l’Entreprise et du bien être de tous.

Car il peut aider à véhiculer un message de prévention

La formation sst permet d’apporter au salarié concerné une nouvelle vision du risque et donc de la prévention à apporter pour diminuer ces risques. Un salarié mis en situation de danger saura plus facilement détecter les risques, les faire remonter à sa hiérarchie voir proposer des solutions. Et qui de mieux qu’un salarié sur le terrain pour diffuser le message de prévention auprès de ses collègues ? Il deviendra ainsi partie intégrante de la prévention du risque au travail dans votre Entreprise.

Car il vous aidera à diminuer l’accidentologie

Un salarié formé SST devient conscient des risques et peut plus facilement observer les postes accidentogènes et déceler les solutions à apporter. Il n’est donc pas seulement partenaire des messages de prévention mais il devient acteur et peut prendre l’initiative de proposer de nouvelles solutions. Que ce soit pour le management des équipes, la gestion de l’accidentologie ou la mise en place d’une vraie gestion de la prévention du risque, le salarié Sauveteur Secouriste du Travail saura être un allier de poids.

post

3 astuces pour bien préparer ses examens

Les examens sont généralement la phase finale où l’apprenant est amené à valider une ou plusieurs années d’études. La préparation des examens est donc un challenge important pour tous les étudiants, il importe donc de biens savoir comment s’y prendre.

 

3 astuces pour bien préparer ses examens

 

Bien préparer vos supports de révisions

Pour pouvoir vous lancer dans les révisions, il faudra un peu avant la fin des cours, commencer à préparer l’ensemble des supports que vous aurez à utiliser :

– Faites le point des cours dont vous aurez besoin

– Il faut compléter tout ce qui est incomplet, pas clair, mal noté : faites recours à vos amis consultez leurs cahiers de cours, ou le manuel de cours – Pour chaque matière faites le point des exercices, TP, épreuves correspondantes.

– Réalisez des fiches ou faites le point des mémentos, des résumés, des schémas de bonne qualité relatifs à chaque cours et grâce auxquels vous pourrez bien comprendre ainsi que apprendre rapidement.

– Choisissez le ou les sites web pouvant vous permettre de combler vos insuffisances, vos lacunes (si les cours sont assez complets, pas besoin de se surcharger aussi).

– Établissez un dossier complet pour chaque cours avec toutes les informations qui s’y rapportent. En faisant tout cela, vous allez ordonner vos connaissances dans votre tête, ainsi vous serez plus tranquille les derniers jours et les dernières semaines.

 

Ne révisez pas seul

Demandez à un copain, un ami, un parent de vous questionner ou si possible vous écouter réciter. En parlant à une autre personne vous rendez l’information interactive, ce qui a l’avantage de la rendre plus mémorisable. Cependant, ne choisissez pas quelqu’un qui fera le paresseux et qui fera baisser votre motivation d’étudier !

Si possible organisez-vous avec deux ou trois camarades de classe pour réviser. Selon les experts 2 ou 3 personnes avec un leader révisent mieux qu’une personne toute seule dans son coin. Étant donné que des camarades de classes partageraient le même objectif que vous, il sera plus facile de programmer des séances. Mais veuillez à ce qu’une personne «  le leader » fasse régner une certaine discipline dans le groupe.

 

Se relaxer

Il ne s’agit là pas d’un luxe ou d’une récompense, cette méthode est très conseillée au cours de la préparation. Lorsque la masse de travail est très importante, et que vous vous sentez de plus en plus angoissé, l’idéal c’est une petite séance de repos.

 

post

Comment améliorer sa capacité de concentration ?

 

Un déficit de concentration peut être un frein à votre épanouissement sur le professionnel, mais également personnel. Pour certains métiers comme comptable, ou encore pilote d’avion, il faut pouvoir maintenir un bon niveau de concentration de longues minutes durant et presque quotidiennement.

Comment améliorer sa capacité de concentration

 

Problèmes de concentration : lié à l’âge ?

Selon la plupart des spécialistes, il ne s’agit pas d’un phénomène naturel, les problèmes de concentration ne sont pas aussi liés à l’avancement de l’âge. Ils apparaissent suite à un manque d’entraînement ainsi que d’utilisation de son attention. C’est vrai, qu’on a de par le passé attribué à l’âge, à partir de 45-50 ans, des problèmes de mémoire qui sont en réalité des troubles de l’attention. Les personnes qui y sont confrontés essayent de se forcer à se focaliser sur des choses qui n’ont pas grand intérêt pour eux et se retrouvent de ce fait incapables d’assimiler des informations, avec pour conséquence l’idée qu’on perd la mémoire. Alors que c’est en fait l’incapacité de le tri entre les choses importantes et les choses moins importantes pour soi !

 

 

Comment améliorer sa concentration ?

En respectant certaines règles de base vous pourrez améliorer votre concentration en peu de temps:

  • Adoptez une meilleure hygiène de vie, essayez de pratiquer de façon régulière une activité physique et dormez suffisamment.
  • Rangez votre espace de travail. Si votre regard peut être détourné et distrait par des objets divers, vous aurez tendance à vous éparpiller face à des tâches à exécuter. Il faut faire place nette afin de n’avoir en face que ce qui vos préoccupe vraiment.
  • Adoptez une alimentation équilibrée et variée qui contienne assez d’aliments réputés excellents pour le système circulatoire ainsi que pour le bon fonctionnement du système nerveux. Il faut éviter les chronophages : tout ce qui peut vous déconcentrer facilement et vous prendre beaucoup de temps, lorsque vous avez à faire.
  • Certains compléments alimentaires tels que le gingko biloba permettent une meilleure micro circulation, ce qui a un impact positif sur la concentration.

 

 

Quelques exercices pour améliorer sa concentration

Fixez un objet

Assis dans votre bureau ou patientant dans une salle d’attente, obligez-vous à fixer le regard sur un objet, de préférence neutre (pas la photo d’un proche ni un souvenir de vacances). Et cela pendant une minute. Pendant ce temps, il faut scruter tous les détails de l’objet sans laisser vagabonder votre esprit. 

Fixez un objet puis ses alentours

Essayez cette fois-ci pas seulement de fixer un objet mais également son environnement, essayez de prendre connaissance de tous les détails.

 

 

post

Le métier d’infirmier(ère)

 

Les infirmiers et infirmières sont présents dans tous les hôpitaux, au sein de tous les services, ils dispensent les soins que prescrivent les médecins. Le travail est réputé très difficile. Les infirmiers peuvent également travailler en cabinet libéral. Pour exercer ce métier, il faut être diplômé d’État en Infirmerie.

 

Le métier d'infirmier(ère)

 

La nature du métier

L’infirmier doit intervenir au cours de prescription médicale mais également jouer un rôle particulier. Au cours de la prescription médicale , il collabore avec le médecin qui est son supérieur hiérarchique. Mais, il ne peut donc pas décider lui-même le traitement à administrer aux patients, toutefois il a la mission de surveiller les éventuelles complications et effets secondaires du traitement. Pour ce qui est de sa mission propre, l’infirmier doit, après avoir procédé à l’évaluation des besoins du malade puis posé un diagnostic infirmier, mettre en place un plan de soins ainsi que en organiser le bon fonctionnement.

L’infirmier doit avoir le sens de l’organisation ainsi qu’être en mesure de rapidement analyser les situations d’urgence. En ce qui concerne le volet psychologique, la maturité ainsi que la capacité à relativiser, sont indispensables pour côtoyer au quotidien la maladie ainsi que la mort en évitant de s’impliquer sur le plan personnel.

 

Une profession qui ne manque pas de débouchés !

L’infirmier, quand il est agent agent permanent de l’État, travaille au sein d’hôpitaux publics, dans des services scolaires et peut exercer dans une institution ou organisme public.

L’infirmier peut aussi exercer comme salarié dans une clinique privée, dans une entreprise ou encore travailler pour le compte d’organisations humanitaires, en France et partout dans le monde.

Les infirmiers qui exercent dans le secteur privé peuvent se constituer une clientèle assez facilement. En revanche, il est obligatoire de cumuler au moins 3 années de travail au sein d’un cabinet ou d’un hôpital avant de pouvoir se mettre à son compte. Mais attention, dans le privé, il faut être prêt à ne pas compter ses heures, même les week-ends et les jours fériés!

Selon les experts, la demande en personnel médical est toujours croissante et il faut que l’Etat recrute jusqu’à 8 000 infirmiers chaque année afin de compenser les départs à la retraite.

 

Quelle rémunération ?

La rémunération mensuelle d’un infirmier tourne autour de 1 800 Euros, dans les hôpitaux publics comme privés (bien entendu en dehors des primes).

S’il exerce à son compte, l’infirmier peut gagner de 2 500 Euros, à 3000 Euros de revenu mensuel, mais cela nécessite de travailler beaucoup plus.

 

 

post

Le métier de pharmacien

Le rôle du pharmacien, c’est de fournir des médicaments. Il travaille surtout en officine : il exécute des prescriptions médicales, et vend au public des produits pharmaceutiques. Le pharmacien a aussi un rôle très important à jouer dans le conseil de prévention. Au sein d’un établissement de santé, c’est à lui qu’incombe la gestion des stocks et la préparation des traitements des malades. Toutefois, le pharmacien peut aussi travailler en laboratoire, là il analyse des prélèvements de même que dans l’industrie, où il offre ses compétences dans le cadre de la fabrication de nouveaux médicaments. Le pharmacien intervient aussi dans le secteur de l’enseignement, de la recherche scientifique, en biologie médicale… En gros, le pharmacien est un scientifique spécialisé dans le médicament. Si la biologie et la chimie sont la base de sa formation, le pharmacien a une culture variée allant de la zoologie à la génétique.

Le métier de pharmacien

Devenir Pharmacien : formation requise

Il faut absolument être titulaire d’un Bac S pour pouvoir faire des études de pharmacie. À l’issue d’un concours à la fin de première année de tronc commun à l’université, vous pourrez accéder à la faculté de pharmacie pour continuer pendant six années vos études pour obtenir le diplôme d’État de pharmacien. Ce diplôme vous permettra d’exercer en officine comme dans l’industrie. Certains pourront opter pour une spécialité en inspecteur de la santé par exemple, pour cela il faudra compter 3 années d’études supplémentaires.
Si vous voulez faire carrière au sein d’un établissement hospitalier, vous devrez en plus de votre doctorat d’État en pharmacie, obtenir un diplôme d’études spécialisées. En ce qui concerne les pharmaciens qui désirent faire la recherche ou qui veulent enseigner, il faudra absolument passer un diplôme en recherche et innovation.

La rémunération

En tant que pharmacien indépendant, vous empochez les bénéfices que votre officine réalise : c’est à vous de vous fixer la rémunération que vous désirez obtenir, à condition que vous arrivez à atteindre vos objectifs financiers. En tant que salarié, le revenu du pharmacien dépendra de son expérience ainsi que du lieu d’exercice. Le pharmacien, peut également travailler pour l’État, dans ce cas, son salaire dépend de son grade ainsi que de son échelon. En plus d’un salaire de base, qui augmente avec l’ancienneté, peuvent s’ajouter différentes indemnités et primes, qui sont acquis par exemple selon le lieu d’exercice ou encore la taille de la famille.